ghettoerudit.com

RADIO: Dézuets d’Plingrés avec Fisto et un hommage à Larock L’instigat

Suite à la très triste et dure à croire nouvelle du décès de Larock L’Instigat, GE dédie le premier bloc musical de cette diffusion au très regretté membre de Miccalauréat (Photo/Design: Dramatik)

Ghetto Érudit souligne l’apport indéniable de Larock L’Instigat pour le HH Queb et en seconde partie, Helmé & Téhu de Dézuets D’Plingrés sont présents en studio avec Fisto, rappeur de France, de passage à Montréal.

::::: Écouter l’émission ::::: Télécharger l’émission :::::

Suite à la très triste et dure à croire nouvelle du décès de Larock L’Instigat, GE dédie le premier bloc musical de cette diffusion au très regretté membre de Miccalauréat, dont l’influence s’est étendue, depuis ses débuts en 1999, de la scène jusqu’aux jeunes vivants des moments difficiles.

Son premier album, en 2000, « Miccalauréat » est nominé au Gala des Mimis, en plus d’être reconnu comme album francophone de l’année pour de nombreux médias. Par la suite, en 2002, Larock L’instigat, qui occupe un poste d’intervenant auprès des jeunes de la rue, met sur pied le projet « District 67 », avec le but de réunir des jeunes de quartiers rivaux de Montréal. « District 67 » attire rapidement l’attention des médias, en particulier pour le single « C’est notre style » avec Corneille, en plus de permettre à Larock de remporter le titre de producteur de l’année au Gala des Mimis en cette même année. En 2006, Larock et son équipe sortaient l’album « Micc2 », qui a attisé l’engouement de ses nombreux admirateurs pour un album solo.

Malheureusement, le 27 décembre dernier Larock quittait se monde en laissant dans le deuil sa famille, de nombreux fans et une scène Hip Hop avec un  grand vide à combler. Repose en paix de la part de l’équipe de Ghetto Érudit.



Le Connaisseur (TICASO) Ft. Larock – La loi du silence

 

« (…) de façon générale, j’aime bien jouer en dehors de la France, parce que je trouve qu’en France il y a quand même un esprit assez particulier, un peu pourri (…), c’est quand même rare d’avoir un esprit aussi positif et aussi ouvert que ce que j’ai pu trouver hier(…) » - Fisto (Photo: Brown/Ghetto Érudit)

En seconde partie d’émission, Bbrain s’entretient avec Fisto, rappeur originaire du sud-est de la France, qui s’est d’abord fait remarquer au sein du groupe La Cinquième Kolonne, dès 1999. Le groupe, dont la maxime est de défendre et encourager l’indépendance des artistes vis à vis des vautours de l’industrie, connaît une popularité certaine, lorsque Fisto fait son entrée sur Skyrock en remportant le concours organisé par la radio « Max de 109 », devant La Fouine, entres-autres artistes. Par la suite, La Cinquième Kolonne met la clé dans la porte en 2003, après la sortie de l’album « Derrière nos feuilles blanches », et aujourd’hui, Fisto nous revient avec la même fougue et charisme qu’à ses débuts, mais armé d’un bagage et d’une expérience inestimable.

« (…) je pense que c’est vraiment ce qui me représente le plus, puisque c’est à mi-chemin entre ce que j’ai pu faire avec La Cinquième Kolonne, donc un rap Boom bap, un peu 90’s, avec l’amour du scratch (…), et le coté un peu jazzy, soul, un peu lumineux, que j’ai développé avec So Far, So Good, donc c’est un bon mélange des deux en fait… » - Fisto (Photo: Brown/Ghetto Érudit)

« Moi je trouve que c’est un bilan positif, avec la tournée en France et la sortie du vinyle, (...) c’est un bel accomplissement. C’est certain que 2012 c’est loin d’être mort, on continu à aller vers l’avant...» - Helmé (Photo: Brown/Ghetto Érudit)

En compagnie d’Helmé et de Téhu de Dézuets D’Plingrés, Fisto s’entretient avec l’animateur de GE et explique sa venue à Montréal, « (…) à la base, je venais visiter un ami et sachant que je venais ici, étant en contact avec Dézuets D’Plingrés depuis (…) l’époque ou MySpace c’était le truc ou il fallait aller, (…) je les ai contacté pour savoir s’il n’y avait pas moyen de faire un petit show et Helmé à eu la gentillesse de se décarcasser pour trouver une place, (…) donc hier on a joué au Café Chaos et c’était mon premier concert à Montréal (…) ». En ce qui concerne l’accueil des québécois, Fisto, qui a joué en Chine et en Croatie, en plus d’une tournée canadienne avec les membres d’Accrophone, mentionne : « (…) de façon générale, j’aime bien jouer en dehors de la France, parce que je trouve qu’en France il y a quand même un esprit assez particulier, un peu pourri (…), c’est quand même rare d’avoir un esprit aussi positif et aussi ouvert que ce que j’ai pu trouver hier(…) ». Selon lui, le fait de s’exécuter devant un public étranger est d’une toute autre dynamique, « (…) c’est toujours intéressant, parce que du coup, c’est vraiment ce que tu renvois humainement et comme artiste sur scène qui va compter. Pas forcément tes lyrics, (…) je trouve que ça t’enlève une espèce de barrière, même si t’as pas la même langue (…) ça te force à aller vers les gens, (…) c’est vraiment une bonne expérience (…) », dit-il. Fisto poursuit avec le long itinéraire que forme sa carrière dans la musique, «… je venais vraiment d’un groupe underground, qui prônait les valeurs « nous on va sauver le rap, les majors c’est tous des bâtards, c’est des vendus » et au final du jour au lendemain je me trouve propulsé, j’avais le cul entre deux chaises avec une espèce de statut de vendu, (…) du coup, ça a été une bonne expérience, car ça m’a permis de savoir ce que je voulais vraiment, (…) ce n’était pas forcément être le champion de l’underground, ce n’était pas (…) non plus être le mec surmédiatisé et surexposé (…) ». Après avoir monter le groupe de Live Hip Hop So Far, So Good, et un projet d’album avorté. Depuis, Fisto est revenu vers ses premiers amours (les sons Boom bap, Soul, Jazz, J-Dilla, Pete Rock) et suite à la rencontre du collectif de beatmakers Soul Square, originaire de Nantes, son plus récent album « Futur Vintage » a vu le jour. En ce qui concerne cet album, Fisto mentionne : « (…) je pense que c’est vraiment ce qui me représente le plus, puisque c’est à mi-chemin entre ce que j’ai pu faire avec La Cinquième Kolonne, donc un rap Boom bap, un peu 90’s, avec l’amour du scratch (…), et le coté un peu jazzy, soul, un peu lumineux, que j’ai développé avec So Far, So Good, donc c’est un bon mélange des deux en fait… » L’entretien se poursuit sur le pouls de la scène Hip Hop en France, des artistes qui valent la peine d’écouter, ainsi que de ses impressions sur les rap battles, du Rap Contenders au Word Up! Battles, en passant par l’échange d’influences entre le rap français et le rap québécois.

 

Fisto – One Life feat. DJ Atom

La seconde partie de l’entretien se poursuit avec la Helmé sur le mic, qui nous parle d’une chanson à venir avec Fisto, ainsi que des projets à venir pour Dézuets D’Plingrés en 2012. « Moi je trouve que c’est un bilan positif (NDLR : l’année 2011), avec la tournée en France et la sortie du vinyle, ça faisait déjà quatre ans qu’on en parlait, c’est un bel accomplissement. C’est certain que 2012 c’est loin d’être mort, on continu à aller vers l’avant. C’est certain qu’on ne peut pas s’attendre à un album officiel pour Dézuets D’Plingrés pour 2012, on va prendre le temps de construire ça comme il faut, mais y’a d’autres spectacles qui s’en viennent avec la formule live (…) » mentionne-t-il. Le tout, avant de partir en prestation live complètement M-O-N-G!!

Cliquez ici pour l’album Futur Vintage de Fisto (instrumentaux seulement)

Cliquez ici pour plus d’info sur Fisto

Cliquez ici pour plus d’info sur Dézuets D’Plingrés

::::: Écouter l’émission ::::: Télécharger l’émission :::::

 

 

Comments
One Response to “RADIO: Dézuets d’Plingrés avec Fisto et un hommage à Larock L’instigat”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. [...] avant Dézuet d’Plingré et Fisto (D’ailleurs, Fisto et Helmé de Dézuet sont passés à l’émission nous dire un petit bonjour!) et ils ont de l’énergie à revendre. Je ne serais vraiment pas [...]



Leave A Comment