ghettoerudit.com

Artistes Variés – Compilation Printemps Érable

Au-delà de l’aplaventrisme souhaité par la radio-poubelle, la crise étudiante est devenue un véritable cri de ralliement pour une pluralité d’acteurs de la société québécoise souhaitant transformer le Québec de demain. La compilation Printemps Érable s’inscrit comme une véritable trame sonore de ce conflit à la fois générationnel, identitaire et sociopolitique. Sous la direction musicale de Dj Horg et présentée par le site Hiphopfranco.com, cette compilation offre 15 pièces, dont un remix de la pièce intitulée « Carré rouge ».

Les bruits des tintamarres contre l’infâme loi 78 donnent immédiatement le ton au recueil musical où la politisation des rimes est de mise. Ainsi, dans « #manifencours » Helmé et Booyah déversent leurs connaissances sociopolitiques sur un excellent beat produit par l’autre moitié de Dézuets d’Plingrés, Téhu. Compte tenu de son engagement politique dans les nombreuses manifestations, la présence d’Helmé sur d’autres morceaux, dont « Champ gauche » et « Carré rouge », va de soi et renforce la portée sociale du projet. La parole donnée aux mc’s valse au travers une riche palette d’émotions et de messages exprimant unanimement leurs désarrois face à la gouvernance de Charest. Sur la pièce « L’heure est grave », des analogies de la crise étudiante au Québec avec des situations d’injustice vécues ailleurs sont habilement exprimées par d’autres érudits du ghetto, dont Webster, Monk.e & Obia Le Chef. Rappelant la situation des Haïtiens au Québec ayant fuis Duvalier, le texte d’Obia Le Chef est vraiment « lev sup » et se classera probablement parmi les meilleurs verses de 2012.

D’autres performances sont également dignes de mentions, notamment celles de Jeune Chilly Chill, Filigrann et Cheak 13 sur « Éradiquer les radicaux ». Toutefois, la mongness est définitivement atteinte lorsque Cheak 13 crache : « c’est pas une question de parti politique ou d’allégeance/ je déposerais mon mic en feu dans leur pompes à essence/parce que c’est pas en étant libéré des libéraux que l’élite va arrêter d’essayer d’éradiquer les radicaux ».

Cependant, deux bémols que je tiens à souligner. D’abord, la forte présence d’un style de beat glorieux/épique digne de l’explosion du Parlement de Westminster à Londres à la fin du film V pour Vendetta. Cette esthétique sonore devient un peu lourde après 15 morceaux. Compte tenu de la nature de ce projet, je comprends que le message prime avant tout. Ce qui m’amène à ma deuxième critique. Avec un projet musical aussi sérieux, j’ai encore des doutes sur la pertinence d’inclure Rodrigo Tortillas sur la chanson « El Plan de la muerte ». Mes réticences se fondent tant sur la crédibilité de son message que de la façon qu’il est délivré (« avec oune plang nord tou né plou mon amigo » – dit avec accent latino-américain). Heureusement que le morceau est secouru par le refrain de Sola ainsi que la puissante voix de Marion.

Reste que l’enchaînement des pièces est très bien réalisé sur Printemps Érable. En effet, on ne se sent pas l’urgence de skipper, car il y en a pour tous les goûts sur cet album hip-hop.  Loin de la belle vie imaginée par Richard Martineau, Laurent Proulx et Éric Duhaime dégustant une bonne sangria sur une terrasse d’Outremont avec leur carré vert, cette compilation respire la soif de changement à tous les niveaux. Comme la solidarité du carré rouge à la sauce hip-hop risque d’être trop forte pour leur fins palais, je leur conseille de prendre une autre gorgée de sangria pour faire passer l’album!  À la santé étudiante!

3.9/5

Comments
One Response to “Artistes Variés – Compilation Printemps Érable”
Trackbacks
Check out what others are saying...