ghettoerudit.com

Beatbaking avec Ruffsound

Il est dur de ne pas avoir entendu le nom Ruffsound pour l’amateur de musique hip-hop d’ici comme il a travaillé durant la dernière décennie avec une grande partie de la scène. Ce qui a permis au nom de devenir un gage de qualité.

***

Max- D’abord, tu as travaillé avec beaucoup de monde de la scène hiphop québécoise. Malheureusement comme les beatmakers ne sont pas mis à l’avant-plan, peux-tu nous nommer quelques noms avec qui tu as travaillé?

Ruffsound- Et bien comme j’ai commencé à placer des prods sur des albums hip-hop québécois vers 2004, j’ai eu l’opportunité de travailler avec les pionniers de la scène alors qu’ils étaient toujours actifs. Mon premier placement était sur l’album de Yvon Krevé (sous le nom de Von Von le Vet à cette époque). Par la suite j’ai travaillé avec Connaisseur, King, Malik Shaheed, Kasheem, Sans Pression, Imposs, Dramatik, Cobna, Koriass, Ale Dee, l’Assemblée, Chaplin, Dirty Taz, Baxter Dexter, Karma Atchykah et la liste continue. J’ai travaillé pas mal avec tous les artistes établis du Québec. La chanson Coeur de Montréal que j’ai réalisée pour Treizième Étage fut ma première production qui tourna à la radio commerciale. J’ai également travaillé à plusieurs reprises avec K-Maro sur ses albums. J’ai aussi travaillé avec des artistes de l’extérieur dont en France avec des grosses pointures comme Mc Solaar, Sat l’Artificer (FF), La Rumeur et aux États-Unis avec Jim Jones et Hell Rell de DipSet, X.O (BWS) ainsi que Ya Boy (YB the Rockstar), etc.

Max- Comment as-tu commencé la musique et à quel point as-tu décidé d’en faire ta profession?

Ruffsound- Malgré le fait que j’étais un fan de hip-hop depuis mon jeune âge, j’ai commencé à faire des beats tout à fait par hasard. À l’époque, on se préoccupait beaucoup moins de qui avait produit la chanson. On connaissait tous les Dr Dre, Rza, Premier mais pour ma part je n’avais aucune idée de ce qu’avait l’air le processus créatif d’un beat. Mon ami avait Fruity Loops Demo sur son ordi. J’ai commencé à placer des kicks puis des snares (on some random sh*t). Le premier beat que j’ai fait, je l’ai amené à l’école le lendemain matin (on parle de mai 2001 genre). On jouait ça dans le char de mon ami et tous les jeunes rappeurs en herbe de l’école sont venu freestyle. J’ai compris ce jour-là le potentiel que ça avait. J’ai donc commencé à « hustle » des beats à 50 $ à tout les semblants de rappers de mon coin. Rien de sérieux. C’est plutôt vers 2005 — 2006 lorsque j’étais au cégep que j’ai tout abandonné pour me consacrer à ma passion qui commençait à me permettre d’en vivre. Mais sérieusement, j’ai hustle comme personne pour que ça fonctionne…

Max- Comme tu es présent depuis longtemps, tu as surement constaté des changements au cours des années autant sur la scène québécoise que sur la façon de travailler le son. Que sont-ils pour toi?

Ruffsound- Je considère qu’il y a eu beaucoup de progrès au niveau de la production au Québec. J’ai grandi en écoutant les beats de Ray Ray, Stratège, Mr Vain, Dj Choice, etc. C’est gars-là ont forgé le son montréalais. Mais maintenant, on a affaire à une nouvelle génération de producteur qui repoussent constamment les limites (shout-out aux Piu Piu-teurs de la ville) C’est très rafraichissant. On a vraiment du talent niveau beat à Montréal. J’me suis promené pas mal aux États-Unis pour m’apercevoir qu’on n’a pas grand-chose à envier à nos voisins niveau production. J’aime beaucoup collaborer avec d’autres producteurs d’ici ou d’ailleurs. Je trouve ça très inspirant et ça donne souvent de très bons résultats. Je m’entoure constamment d’esprits créatifs qui sont dans la même bulle que moi. J’aime écouter ce que les autres gars font. Ken-lo, Manifest, A-Just, Kaytra, HK, Inotchz, SevDee, Smilé, Kable Beats, Dr Mad, Da P, Koma Karma, A.C, Soké, Lord William, Shash’u, FullKlip et j’en passe. Le Québec regorge de super talent. Billboard (producteur prodige montréalais qui a produit pour des géants de l’industrie comme Britney Spears, Kesha, Chris Brown etc.) est un très bon ami et m’a beaucoup appris. Il m’a fait comprendre que je me limitais à utiliser seulement des samples et qu’apprendre à jouer des keys améliorerait certainement mon niveau de production. Souvent on est pris dans notre zone de confort… C’est comme ça que tu perds le fil… Faut constamment chercher à explorer de nouveaux horizons et à se surpasser.

Max- Un des styles qui me fait reconnaitre Ruffsound, c’est l’utilisation de voix R&B sur un beat (sans faire de mauvais jeu de mots) rough comme sur La Mort de Manu (Garde ta Job) de Koriass. D’où te vient cet amour des voix R&B?

Ruffsound- J’ai toujours été un fan de « sped-up » sample à la Just Blaze/Kanye/Alchemist/Heatmakers ou même Rza. Ce son est certainement beaucoup moins actuel et en vogue, mais ça reste que ça m’a longtemps beaucoup influencé. Avant j’accélérais n’importe quelle chanson de Ginette Reno puis je mettais des drums comme si j’étais un génie. Maintenant j’apprends à mélanger textures et sonorités différentes ensemble. C’est cool de prendre un tout petit sample et de l’incorporer à un beat qui s’en va dans une toute autre direction. J’avoue que je n’ai plus beaucoup de plaisir à « loop » un sample de soul. Il faut « flip » ça un peu… Se l’approprier et lui donner de la personnalité.

Max- Denière question; c’est le temps de faire de l’autopromotion! Où est-ce qu’on peut t’écouter en ce moment et qu’est-ce qui s’en vient pour Ruffsound?

Ruffsound- Plusieurs trucs s’en viennent de mon coté. Je n’ai jamais été aussi occupé. Dernièrement j’ai réalisé avec mon collaborateur A.C, le remix officiel du dernier single de Bei Maejor feat. Waka Flocka Flame. Vous n’avez qu’à google « Waka Flocka Flame Ruffsound » pour le trouver. Les gars m’ont inscrit dans le titre en tant que featuring! Sinon je suis sur plein de projets à gauche et à droite. Toujours beaucoup de beats au Québec. Sinon on débute le prochain album de Koriass très bientôt. Aussi des prods en France et aux États-Unis pour des artistes signés. Beaucoup de trucs corporatifs en télé et en publicité aussi. La routine quoi?! Studio / Vino / Dodo!

Comments are closed.