ghettoerudit.com

Beatbaking avec KenLo

KenLo est un artiste qui influence beaucoup la nouvelle génération de beatmakers au Québec par sa particularité et son expérimentation dans ce monde rythmique post-Dilla, mais aussi par comme membre du groupe de troubadours appelé Alaclair Ensemble. Quelques questions pour le connaitre un peu plus.

***

Max — Comment as-tu commencé la musique et à quel point as-tu décidé d’en faire ta profession? (« Profession » au sens large!)

KenLo — J’ai été introduit à la musique par mon univers familial. Quand j’étais petit, mon pops nous obligeait à danser les classiques congolais durant les soirées et il gardait son vinyl de Sex Machine (James Brown) en archives de ses premières années dans l’Bas-Canada. Il a même vu Jacques Lebrun performer dans l’ancien Colisée, en 73 je crois. La mise en garde était par contre toujours là de ne pas miser sur la musique comme gagne-pain, à cause de la vie instable qui vient avec. Je crois que mon amour de la poésie, lui, m’a été transmis par le sang directement de ma mère, qui cumule depuis 1968 des poèmes qu’elle ne publie pas. Ce que je fais me semble tranquillement devenir de la musique, mais tout ça est encore beaucoup plus une thérapie et un laboratoire de recherche qu’une profession.

Max — Ta musique instrumentale a beaucoup été connue par la série de couleurs Craqnuques disponible en téléchargement gratuit. Penses-tu que la musique doit être libre ou est-ce seulement une utilisation des moyens modernes? Est-ce que c’est quelque chose qui est venu naturellement pour Alaclair Ensemble ou c’est quelque chose que tu as apporté?

KenLo — Le fait de pouvoir uploader un record à partir d’un futon de maison a été le miracle technologique des dernières années. Mais ce n’est pas le mode de diffusion ou le prix de la soucoupe qui rend le bricolage libre, c’est l’état d’esprit que le bricoleur essaye de cultiver.

Max — Parlons Piu-piu. Quel effet cela fait-il d’être considéré avec Vlooper et SevDee comme un des pères du mouvement?

KenLo — Ça fait drôle un peu. Mais la caboche humaine est faite comme ça. Si on se dit: « à go, on fait pu des beats », on pilote des vaisseaux dans l’espace, il y a quelque chose de magique qui se passe. On demeure tous pareils aux yeux des extra-terrestres!
Inch allah le meilleur piupiuteur n’est pas encore né.

Max — L’échantillonnage fait partie de tes outils pour créer tes beats, mais c’est de moins en moins présent dans ton travail. Est-ce que c’est un choix conscient?

KenLo — Tout est, évidemment, semi-conscient. Mais oui, j’ai commencé à sampler d’avantages les mélodies qui me viennent en fredonnant.

Max — Denière question; c’est le temps de faire de l’autopromotion! Du nouveau pour K6A/Alaclair/Craqnuques/autre bientôt?

KenLo — 2012 a été une année pestacle et laboratoire mobile, tant du côté Alaclair que K6A, il y a des soucoupes volantes qui atterriront durant l’hiver. Craqnuques « Bonheur » circulera tout en douceur d’ici la fin 2012.


Comments are closed.